4/12/2021

Le magasin des suicides, Teulé



Le magasin des suicides est un roman de Jean Teulé qui, sous couvert d'humour noir propose tout de même une critique importante. Teulé nous parle dans ce roman de la mort essentiellement mais surtout, et aussi, de la vie. Il nous interroge sur notre société et son fonctionnement. 

Ce roman absurde n'est pas destiné aux personnes qui ne sont pas adeptes de l'humour noir, car ce roman un brin provocateur repose dessus ! 

Pour résumer rapidement et sans spoiler, Alan Tuvache est le petit dernier de la famille. Ses parents tiennent un petit commerce surprenant, un magasin où on trouve tout pour ... réussir son suicide. La devise de la maison c'est d'ailleurs satisfait ou remboursé ! Pour tenir un tel commerce, il ne faut évidemment pas respirer la joie de vivre, mais que ce qui pose problème dans cette famille c'est Alan, souriant à tous les clients et qui aspire au bonheur. 

Le roman se lit facilement, du fait de la taille réduite de ses chapitres et de son vocabulaire très accessible, voire parfois, langage oralisé. Les dialogues contiennent des répliques efficaces et grinçantes. Les jeux de mots sont partout. Cependant la psychologie des personnages n’est pas recherchée et est même caricaturale la plupart du temps.

« Moi, souvent le soir, soulevant le rideau de notre chambre, je les regarde tomber des tours de la cité. Le parpaing à une cheville, on dirait des étoiles filantes. Lorsqu'ils sont nombreux, les nuits de défaite sportive par l'équipe locale, on croirait du sable qui coule des tours. C'est joli. » 
Ce passage est cynique et dérangeant comme l'ensemble de l'œuvre d'ailleurs, je ne sais pourquoi mais ce passage m'a particulièrement frappée car j'y ai vu un lien (peut-être à tort) avec les évènements du 11 septembre 2001. 

  • Teulé cherche a nous questionner sur l'influence qu'un groupe peut avoir sur un individu, et inversement. La famille d'Alan veut absolument l'empêcher d'être heureux Alan a travers sa joie de vivre influence sa famille , c'est le cas de Vincent par exemple qui était anorexique et qui finit par retrouver le goût de la nourriture et de la cuisine.
  • L'auteur critique également le monde actuel a travers plusieurs allusions au terrorisme ainsi qu'aux problème liés au nucléaire et plus largement à l'environnement.
  • On peut aussi y voir une critique de notre société de (sur)consommation.  Les gens consomment  tout sans forcément s'interroger sur leurs réels besoins. La mort ici est monnayée par le prix à payer pour la corde, le parpaing ou tout autre nouveau moyen plus ou moins commun de se donner la mort. 

Enfin, on peut dire que Jean Teulé réussi à mettre en œuvre un sujet très touchy par une atmosphère humoristique. Cette fable moderne propose une réflexion plus profonde sur ce qui nous tient à notre volonté de vivre et d'être heureux. 

Dans l'ensemble, le roman se laisse lire facilement et rapidement. J'ai aimé le sujet abordé et l'idée de fond. Sur la forme, je suis moins fan. Ce n'est pas de la grande littérature et le langage courant, voire parfois familier n'a pas su me transporter. Les personnages trop caricaturaux me laissent sur ma faim également. En bref, un livre à lire oui, sans trop en attendre non plus.   

 ⭐/5

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Copyright © L'audacieuse